Comment devenir formateur ?

Comment devenir formateur

Le formateur transmet des connaissances aux salariés à ceux qui sont en quête d’emploi afin de les aider à évoluer dans le milieu professionnel. Caractérisée par une rude concurrence, la formation demeure néanmoins un domaine pourtant peu connu du grand public.

Vous vous imaginez sûrement que ce métier est identique à celui de professeur, mais détrompez-vous car le secteur de formateur présente d’autres contraintes, d’autres avantages et surtout un public qui change très souvent. Voici comment faire si vous souhaitez devenir formateur.

Lire également : Qui peut être garde à domicile ?

La formation pour devenir formateur

Pour évoluer dans ce domaine, il vous faut avant tout choisir une formation de formateur. Vous aurez ainsi le choix entre des cursus courts ou des cursus longs.

  • Les cursus niveau bac+2

Licence professionnalisante : de nombreuses licences professionnalisantes sont disponibles en France dans le domaine de l’éducation plus particulièrement les sciences de l’éducation.

A lire en complément : Quelle formation professionnelle choisir ?

  • Les cursus niveau bac+3 à bac+5

Master professionnalisant : il existe aussi des masters en sciences de l’éducation si vous souhaitez continuer votre cursus scolaire après votre licence.

Vous pourrez d’ailleurs effectuer des recherches pour prendre connaissance des diplômes qui peuvent vous être délivrés dans le secteur de l’éducation.

Il faut aussi noter que si vous cherchez autre chose qu’un master ou une licence, vous pourrez choisir entre plusieurs centres de formations qui proposent des CQP dans le secteur formateur consultant accessible en VAE.

Devenir formateur

Les qualités pour devenir formateur

Si vous pensez qu’il suffit seulement de suivre une formation de formateur pour exercer dans le domaine, alors détrompez-vous. En effet, il est impératif de disposer de certaines qualités pour être un bon formateur. C’est ce qui vous permettra de réussir dans votre carrière.

Capacité d’adaptation : être en mesure de s’adapter à chaque public et de gérer tous les types de niveaux.

Pédagogie : bien sûr, on ne peut pas parler d’enseignement sans pédagogie. Cela est d’autant plus important lorsque la transmission de notions parfois complexes demande des explications avec précision tout en étant aussi clair que possible. Il ne faut surtout pas oublier la préparation efficace des cours et des évaluations afin de tester le niveau de vos apprenants et ainsi voir si les notions ont bien été acquises.

Bienveillance : patience, empathie, voir les particularités, le potentiel de même que les lacunes de tout un chacun. En somme, il s’agit de prendre chaque personne pour ce qu’elle est individuellement…

Énergie : savoir capter l’attention des apprenants pendant toute la durée de la session, avoir le sens du relationnel, savoir gérer les interactions entre différentes personnes, etc.

Disponibilité : avoir le sens de l’écoute, en d’autres termes répondre le mieux possible aux questions des stagiaires, les conseiller, assurer un suivi individualisé pour tout un chacun.

Créativité : être innovant dans les méthodes d’apprentissage… Les salariés ne suivent pas la formation pour que celle-ci leur rappelle les jours d’école qui sont souvent synonymes d’ennui. La session doit donc être rythmée de façon à captiver l’attention de vos apprenants pour qu’ils soient en constant éveil.

Enfin, un bon formateur doit être organisé, avoir la capacité de parler en public et rechercher les feedbacks de manière permanente, qu’ils soient positifs ou négatifs.

ARTICLES LIÉS