Comment decrocher un emploi au Canada ?

En cette période de difficultés économiques que traversent la France et le Vieux Monde en général, trouver un emploi au Canada représente une excellente occasion de rebondir ou de commencer une nouvelle carrière. Avant de se lancer dans une telle aventure, il est important d’avoir toutes les cartes en main et de connaître toutes les informations nécessaires au succès d’un tel projet d’expatriation.

A découvrir également : Trouver un travail à Paris : comment devez-vous procéder ?

Opportunités au Canada

Aller travailler au Canada est un véritable défi que de nombreux Français n’hésitent pas à relever pour donner un coup de pouce à leur carrière. Si vous vous installez au Québec, il est certain que vous ne rencontrerez aucun problème particulier concernant la langue utilisée. Si vous tentez votre chance au Canada anglophone, il est conseillé de suivre des cours de langue pour faciliter votre immersion et votre intégration.

Avec un taux de chômage relativement bas et presque stable toute l’année, le Canada offre de nombreuses possibilités à ceux qui osent tenter leur chance de l’autre côté de l’Atlantique. La finance, l’éducation, les services aux entreprises, la recherche scientifique, l’assistance sociale et les soins de santé sont parmi les domaines qui recrutent le plus. Le recrutement est également relativement flexible dans ce pays par rapport au système français.

A lire en complément : Comment trouver du travail à plus de 50 ans ?

Il convient toutefois de noter qu’il n’est pas facile de trouver un emploi qui correspond à vos études ou à vos diplômes simplement en venant au Canada. Selon une étude réalisée par l’Université de Montréal, environ deux tiers des immigrants qui viennent travailler au Québec parviennent à trouver un emploi qui répond à leurs compétences, cinq ans après leur arrivée en sol canadien. Il vaut donc mieux s’armer de patience et garder espoir.

Les conditions de travail au Canada sont différentes de celles appliquées en France. Dans le pays des érables, il n’y a pas de frontière entre les contrats à durée indéterminée et à durée déterminée. La plupart du temps, le salarié est régi par un contrat de travail collectif spécifique à l’entreprise et en partenariat avec les syndicats. En l’absence d’un tel accord, les règles relatives aux normes du travail et aux droits du travail sont définies au niveau provincial.

L’horaire de travail quotidien au Canada est de 7 à 8 heures, avec une pause d’une heure à midi pour le déjeuner. En général, la journée de travail à Montréal commence à 8 h 30 et s’arrête vers 16 h 30, ce qui vous permet de vous consacrer à d’autres activités ou de vous détendre.

En ce qui concerne les vacances , vous avez droit à deux semaines de congé après un an de travail effectif auprès d’un employeur. Au fur et à mesure que vous accumulez votre ancienneté, vous pouvez obtenir plus de jours de vacances, en plus d’une allocation au prorata de la période de service.

Enfin, le délai de préavis est plus court au Canada qu’en France. Pour une durée de travail inférieure à trois mois, il n’y a pas de préavis à respecter. Si vous avez travaillé entre trois mois et un an, c’est une semaine. Au-delà d’un an, ce délai passe à deux semaines.

Permis de travail et visas

L’expatriation au Canada pour travailler exige d’être en règle, surtout en ce qui concerne les formalités telles que les permis de travail. Il existe de nombreuses façons de faire du commerce dans ce pays. Grâce au PVT, vous pouvez voyager à travers le Canada tout en travaillant au financement de votre voyage, pendant une période de 2 ans à compter de cette session de 2015. Le permis Jeunes Professionnels (YP) est également un sésame pour les jeunes de 18 à 35 ans qui peuvent travailler en sol canadien jusqu’à 24 mois.

De même, il est possible de s’installer et de travailler au Canada dans le cadre du programme International Volunteering in Business (VIE) pendant une période de 6 à 24 mois. Cette opportunité permet aux jeunes français de 18 à 28 ans de travailler dans une filiale d’une entreprise française au Canada. Il est également possible de demander un permis de travail temporaire en remplissant les conditions nécessaires et en présentant tous les documents requis par le ministère de Citoyenneté et Immigration Canada (CIC).

Enfin, le Québec dispose d’une autonomie relative pour recruter des employés permanents immigrés. Toutefois, il est nécessaire de se conformer aux procédures d’immigration initiées par la province de Québec avant d’obtenir l’approbation des autorités fédérales. Par contre, si vous souhaitez vous installer dans une province autre que le Québec, vous pouvez emprunter la même voie que pour le Québec ou soumettre votre demande de visa permanent directement aux autorités fédérales.

Répondre à une offre d’emploi au Canada

Outre les procédures administratives pour s’installer au Canada, vous devez également peaufiner votre curriculum vitae et votre lettre de motivation pour répondre aux exigences des recruteurs locaux et trouver un emploi au Canada. Il est donc important d’adapter votre dossier de manière à ce qu’il attire l’attention des gestionnaires et des responsables des ressources humaines.

Le Curriculum Vitae

Le nombre idéal de pages pour votre CV est de 2 au maximum. Si vous postulez pour une entreprise québécoise, il est recommandé de ne pas publier de photo ou d’informations concernant votre vie privée telles que la nationalité, le mariage le statut, l’âge ou la religion. Votre document doit être attrayant tout en restant sobre. Assurez-vous qu’il soit concis et clair, mais toujours exhaustif afin de mieux vous vendre. N’hésitez pas à le mettre à jour régulièrement, en tenant compte des spécificités du poste demandé.

La structure du CV doit indiquer au recruteur qui vous êtes et quel est votre niveau de compétence. En dessous de vos coordonnées, il est important de placer votre objectif de carrière et vos compétences. Viennent ensuite les études que vous avez faites ainsi que vos expériences professionnelles. Vous devez ensuite parler de vos qualifications et de vos aptitudes, et enfin de vos références. Si vous estimez que leur évocation apporte un plus à votre CV, il est possible d’y insérer vos champs d’intérêt et vos activités. Dans ce contexte, sachez que les actions bénévoles sont généralement bien prises en compte par les recruteurs.

Il est important d’incorporer des mots-clés liés au poste pour pouvoir attirer l’attention du recruteur. Ils doivent être placés dans les endroits stratégiques de votre CV. De même, évitez d’être trop littéraire, optez plutôt pour le style télégraphique. N’hésitez pas à adopter des listes à puces pour mieux organiser votre présentation.

Assurez-vous de relire votre CV pour détecter toute erreur de frappe, de grammaire ou de syntaxe. Si possible, demandez à un ami ou à un parent de le relire pour vous assurer que tout est parfait. Si vous envoyez votre CV par la poste, utilisez toujours du papier de qualité, non emballé et propre.

Dans le cas où votre dossier de candidature est envoyé par courriel, sachez que le format habituel au Québec est « Lettre », contre A4 généralement en France. En outre, veuillez renommer votre document avec votre prénom et votre nom de famille, au lieu du nom de fichier classique « cv.doc ». Cela facilite la vie du recruteur et lui permet de se différencier des autres candidats.

La lettre de motivation

Document qui accompagne votre curriculum vitae dans votre recherche d’emploi au Canada, le La lettre de motivation ou « lettre de motivation », au Québec, vise à convaincre le recruteur de vous appeler pour une entrevue. Cependant, il n’a pas la même importance qu’en France, car il ne le lit qu’une fois que votre CV a attiré son attention.

Il se compose de trois parties. La première sert d’introduction tout en justifiant votre candidature. Vous mentionnez le poste que vous postulez, mais aussi la façon dont vous êtes amené à le faire. Dans la deuxième partie, vous mettez en évidence les éléments pertinents de votre CV pour prouver au recruteur que vous êtes le candidat idéal. Enfin, vous demandez un entretien et parlez de vos disponibilités dans la dernière partie.

La lettre de motivation doit comporter une page, idéalement entre 15 et 20 lignes. En haut à gauche, vous trouverez les noms et les coordonnées de votre interlocuteur. Au bas de la page, vous mettez la date, votre signature et votre adresse complète.

Avec un taux de chômage relativement stable, le Canada est une destination de choix pour les expatriés. Je vais travailler dans Toutefois, le Canada exige un minimum de préparation de la part du demandeur. Pour éviter toute déception, il est important de connaître parfaitement les conditions de travail qui vous y attendent, avant même de partir. De même, le fait de savoir comment rédiger votre lettre de motivation et votre curriculum vitae conformément aux normes canadiennes augmente vos chances d’obtenir un emploi sur place. Découvrez sur ACS le type d’assurance qui convient à votre situation si vous expatriez au Canada.

ARTICLES LIÉS